Les actualités du Puy-de-Dôme

Territoires

02 novembre 2016

Une splendeur retrouvée

Afin de protéger le monument et offrir une meilleure compréhension de ses vestiges au public, le temple de Mercure a été en partie restauré au sommet du puy de Dôme.

Sommaire

Ce colosse bâti en pierre volcanique était le plus grand sanctuaire de montagne de la Gaule romaine. Construit au IIe siècle ap. J.-C. au sommet du puy de Dôme, le temple de Mercure était un haut lieu de pèlerinage.On accédait à ce monument en terrasses de 3 600 m² par le chemin des Muletiers depuis l’agglomération du col de Ceyssat, située au plus haut point de la voie d’Agrippa, grand axe de circulation reliant Lyon à Saintes en passant par Augustonemetum (Clermont-Ferrand).

Afin de stabiliser et protéger le monument et d’améliorer sa lisibilité pour les visiteurs, ses vestiges ont fait l’objet, de 2012 à 2014, d’une première campagne de restauration. Pour redonner de la monumentalité aux vestiges, les murs d’enceinte du sanctuaire ont été reconstruits au sud et à l’angle sud-est. Porté par l’Etat et le Conseil départemental, ce projet a été conçu par Michel Trubert, architecte en chef des monuments historiques.
Une 2e phase de travaux est prévue à partir de 2017. Elle prévoit une restauration partielle des fondations du temple, un aménagement de ses abords et la création d’un parcours de visites guidées à l’intérieur du sanctuaire. Des fouilles complémentaires viennent d’être réalisées dans l’angle nord-ouest et l’architecte doit prochainement rendre son projet.

Centre de conservation et d'études archéologiques

Un outil à la disposition des archéologues

À chaque campagne de fouilles, les archéologues trouvent de grandes quantités d’objets qui sont de véritables mines d’informations. Pour pouvoir les conserver dans un même lieu et les rendre facilement accessibles aux chercheurs, étudiants ou musées, le Conseil départemental a mis à disposition de la DRAC, en 2014, des locaux aux Martres-de-Veyre pour héberger le Centre de conservation et d’études archéologiques (CCE), véritable centre de recherches et d’études sur notre patrimoine.
La collaboration avec la DRAC devrait se renforcer prochainement en mutualisant sur un même lieu ses collections avec celles du Département. Ce rapprochement permettrait de faciliter le travail des chercheurs et créer des synergies.

Contact

Service patrimoine archéologique
Valérie Safi
04 73 42 24 01