Janvier - Février 2017

Retrouvez tous les mois, sur cette page, l'expression de vos élus aux travers de la tribune des groupes politiques.

Groupes politiques

Trois groupes politiques se sont constitués au sein de l'Assemblée élue en avril 2015.

  • Le groupe Socialiste, Radical et Républicain (37 Conseillers départementaux)
  • le groupe Union des Républicains (20 Conseillers départementaux),
  • le groupe Front de Gauche - Gauche citoyenne (5 Conseillers départementaux).

Chacun d'entre eux dispose de salles de réunion et d'un secrétariat, afin d'assurer des permanences et de recevoir les citoyens.

Groupe Socialiste, Radical et Républicain

2017 : un budget de combat pour la solidarité !

Nous vous souhaitons ainsi qu’à vos proches une année de santé, de bonheur et de réussite.
Au-delà des souhaits, nous agissons toute l’année pour qu’ils se traduisent dans les faits.

Nous venons, en décembre dernier, de voter un budget volontariste pour l’année 2017. Nous avons pris nos responsabilités de gestion, malgré les contraintes qui pèsent sur le Département, refusant de fuir par l’incantation ou le double langage à des fins électorales. Nous continuons à demander aux gouvernements d’aujourd’hui et de demain le financement des Allocations Individuelles de Solidarité.

Malgré la baisse de nos ressources et l’augmentation des charges, notre budget maintient les différents dispositifs de notre collectivité, qui sont tournés tant vers les Hommes que vers les Territoires.
C’est donc un budget de :

  • Responsabilité avec une stabilité de notre fiscalité depuis 2012, permettant de ne pas peser sur le pouvoir d’achat des Puydômoises et des Puydômois. Cela a été possible grâce à une bonne gestion et à une baisse des dépenses de fonctionnement.

  • Solidarité envers les personnes dans lequel le social représente plus de 50 %. Notre action sociale accompagne les plus démunis, soutient les personnes en situation de handicap et permet aux aînés d’être soutenus au quotidien.

  • Solidarité envers les territoires. Elle comprend les concours du Département au bénéfice des Communes et Intercommunalités. Elle s’incarne également dans le maintien d’un bon niveau d’investissement qui engage l’avenir et constitue un réel soutien à l’activité.

Le Département est un interlocuteur à l’écoute, qui met en place un dialogue constructif avec ses partenaires, dans l’intérêt de nos concitoyens.

Enfin, notre Département veut être un facteur d’équilibre et de coopération entre collectivités, rassemblant les efforts des uns et des autres autour de la volonté de bâtir un monde où il fait bon vivre dans la justice, la solidarité et le développement d’une culture propice à la pérennisation de la République.

Groupe Union des Républicains

Budget 2017 : " Y a-t-il un pilote dans l'avion ? "

Les Départements disposent, entre autres, de trois grandes compétences qui leur sont dévolues par la loi : l’action sociale, les collèges et les routes.
L’asphyxie budgétaire que nous subissons depuis cinq ans maintenant est, pour ainsi dire, presque pire que la suppression de notre collectivité, puisqu’elle remet directement en cause l’exercice plein et entier de ses compétences.
Car, ce qui est grave aujourd’hui, c’est que nos gouvernants ont abandonné les Départements en leur laissant assumer le financement de la solidarité nationale.
Nous ne maîtrisons pas nos dépenses et cela est bien regrettable pour l’administration et la mise en oeuvre des actions de notre collectivité, actions qui vont au-delà des compétences régaliennes citées ci-dessus. En somme, une mise sous tutelle budgétaire indirecte de notre collectivité !

Les baisses de dotations de l'Etat ont atteint plus de 34 millions d'euros sur la période 2014-2017.
À titre de comparaison, 34 millions d'euros :

  • c'est la participation du Département pour le financement de l'investissement du Panoramique des Dômes ;
  • c'est la contribution annuelle du Département pour le SDIS ;
  • c'est le budget annuel d'investissement pour les routes départementales ;
  • c’est 1 700 000 heures d'aide à domicile en moins pour les personnes âgées.

Nous observons aujourd’hui que les Départements, « parents pauvres » des collectivités territoriales, perdent de plus en plus leur capacité à investir et à soutenir les territoires les plus fragiles et souvent ruraux.
C’est d’autant plus vrai pour le Puy-de-Dôme qui voit chuter sa capacité d’autofinancement de 17,5 millions d’euros en cinq ans et qui voit sa charge de la dette s’accroître avec un encours de 356 millions d’euros, soit 60 % du budget de fonctionnement !

Ces différents chiffres nous inquiètent et nous amènent à s’interroger s’il y a encore un pilote dans l’avion du Conseil départemental du Puy-de-Dôme : la destination reste inconnue, le brouillard est dense, et la majorité navigue à vue !
Notre devoir d’élus départementaux d’opposition, animés par une démarche constructive, mais vigilante, nous conduit une nouvelle fois à tirer la sonnette d'alarme, non pas par pessimisme, mais par souci de transparence et de réalisme.

En ce début janvier, les élu(e)s du Groupe Union des Républicains souhaitent à toutes les Puydômoises et à tous les Puydômois une très bonne année 2017 !

Groupe Front de Gauche - Gauche citoyenne

Résister ou se soumettre, telle est la question...

Lors de la session de décembre, consacrée à l’examen et au vote du budget, notre groupe a une nouvelle fois dénoncé le manque d’efficacité des initiatives prises par l’Assemblée des Départements de France et regretté que l’exécutif départemental ne s’engage pas dans une action collective pour obtenir de l'Etat la compensation, pourtant due, des allocations de solidarité, et le maintien des dotations.

Le manque de recettes oblige notre département à rogner sur les services dus aux citoyens : moins d’aides pour la protection de l’enfance, pour les personnes âgées, handicapées ou abîmées par la vie et le chômage, moins de culture, de travaux dans les collèges, de matériel pour les sapeurs-pompiers, d’entretien des routes et donc de travail pour les entreprises locales.

L’État asphyxie les collectivités, les communes comme les départements, afin de poursuivre une politique d’austérité que même l’OCDE dénonce en raison de la précarité croissante des populations de l’Union Européenne.

Pour notre groupe politique et certains de nos collègues, élus de l’Assemblée départementale, le temps des supplications et des souhaits adressés en vain au gouvernement, de sessions en sessions, n’est plus. A plusieurs reprises, nous avons exprimé à l'exécutif départemental notre souhait de participer à toute initiative qu'il voudrait bien nous soumettre et qui aurait une chance d'aboutir, mais rien n'est venu...

Aussi, après le vote du budget adopté par le groupe Socialiste Radical et Républicain, un budget de soumission et sûrement pas de combat ou de résistance, notre groupe a présenté une motion pour agir résolument et collectivement contre le désengagement de l’Etat. Cette motion demandait la préparation pour la session de mars 2017 d'une décision budgétaire modificative intégrant la compensation des allocations de solidarité. Cette procédure contreviendrait aux normes et pourrait donc être, si elle se multipliait dans les autres Départements, le coup de force qui engagerait le gouvernement à revoir ses positions à l'égard du financement des collectivités territoriales.

Cette motion a recueilli 26 voix contre, 25 voix pour, 8 abstentions et 3 refus de participation au vote.

Ce résultat montre cependant que notre démarche est comprise, partagée et responsable.

Lors de cette même session, notre groupe a présenté un voeu pour soutenir les 800 salariés de SANOFI à Vertolaye et avec les deux autres groupes politiques, un voeu de soutien aux salariés de la SEITA de Riom, voeux adoptés à l’unanimité.

En ce début d’année 2017, notre groupe réaffirme son engagement pour bâtir ensemble une société plus juste et plus fraternelle. C'est cette société que nous souhaitons aux Puydômoises et aux Puydômois pour 2017, meilleurs voeux à tous !

Service communication

Article mis à jour le 10 janvier 2017