Mars 2017

Retrouvez tous les mois, sur cette page, l'expression de vos élus aux travers de la tribune des groupes politiques.

Groupes politiques

Trois groupes politiques se sont constitués au sein de l'Assemblée élue en avril 2015.

  • Le groupe Socialiste, Radical et Républicain (37 Conseillers départementaux)
  • Le groupe Union des Républicains (20 Conseillers départementaux),
  • Le groupe Front de Gauche - Gauche citoyenne (5 Conseillers départementaux).

Chacun d'entre eux dispose de salles de réunion et d'un secrétariat, afin d'assurer des permanences et de recevoir les citoyens.

Groupe Socialiste, Radical et Républicain

Pour une culture accessible à tous sur l'ensemble de notre département

« La culture ne s'hérite pas, elle se conquiert », disait André Malraux. Notre devoir est de tout mettre en place pour aider chacun à y parvenir. C’est pourquoi, en décembre dernier, nous avons maintenu le budget de la culture à hauteur de 2 961 250 euros, malgré les baisses de dotations que nous subissons.

Nous voulons que nos territoires soient propices au développement d’une culture créatrice et innovante. C’est pourquoi, nous sommes un interlocuteur privilégié des acteurs culturels, soutenant l’émergence de nouvelles compagnies, affirmant notre volonté d’aménagement culturel du territoire. Cette volonté est illustrée par l’attribution de subventions à des associations dans le cadre de la dotation d’animation locale décentralisée (DALD).

Il nous semble primordial de co-construire avec toutes les collectivités, et en particulier les nouvelles intercommunalités, les politiques culturelles. A l’avenir, il faut permettre la convergence de la culture et de l’action sociale, culture et dynamique des collèges. La culture doit être présente dans l’ensemble de nos actions pour lutter contre les inégalités qui mettent à mal la cohésion sociale.

Une ancienne usine qui héberge par exemple un atelier d’artiste, un Fab Lab, un artisan, une épicerie bio, une compagnie de danse en résidence devient un tiers-lieux faisant le lien entre tous… Des Maisons de services au public comme celle de Saint-Gervais-d'Auvergne qui accueille entre ses murs les permanences de la CAF, de la CPAM... et où vous trouverez également des espaces culturels.

En 2017, deux festivals seront portés par le Département :

  • Scènes en territoires qui se déroulera au printemps et en été
  • et Les Automnales à l’automne.

C’est ainsi que notre Département a vu les actions en faveur de l'accessibilité au musée départemental de la Céramique récompensées en janvier 2016 par le 1er prix « Patrimoines pour Tous » du ministère de la Culture. Dans cet esprit, une oeuvre sensorielle, accessible aux déficients visuels et aux non-voyants sera inaugurée en mars 2018.

Nous continuerons d’agir pour rendre plus accessible la culture à tous les Puydômois et pour irriguer, toute l’année, nos territoires en évènements culturels.

Groupe Union des Républicains

Projet de découpage des circonscriptions d'action médico-sociale : " Big is beautiful ? "

Dans le cadre de ses compétences obligatoires, le Conseil départemental s'est organisé afin de proposer des points d'accueil médico-sociaux de proximité : actuellement, 8 circonscriptions d'action médico-sociale représentent près de 130 points d'accueil du public (permanences sociales, consultations de nourrissons…) répartis sur le département.
Les travailleurs sociaux de ces circonscriptions accueillent, renseignent et orientent les personnes en recherche d’informations ou rencontrant des difficultés dans leur quotidien, par un accompagnement social individuel ou familial.

Le projet de découpage repose sur la mise en place de 5 circonscriptions réparties en prenant en compte les périmètres des nouvelles intercommunalités.
Il est clair que l’organisation des services relève de la compétence du Président du Conseil départemental, c’est une évidence : pour autant, afin que cette organisation soit réussie, la concertation – maître-mot de l’exécutif – doit impérativement se concrétiser dans les faits et pas uniquement dans les discours.

L’exécutif explique que cette nouvelle organisation des services sociaux s’appuie sur plusieurs principes tels qu’un meilleur équilibre des territoires en termes de population avec le maintien d’une proximité (usagers, acteurs locaux) ou l’application des politiques sociales territorialisées en s’appuyant davantage sur l’échelon local. Dont acte !

Le maillage des services sociaux départementaux est essentiel pour nos villes et nos campagnes, notre groupe sera attentif :

  • à ce que les centres actuels puissent garder une large autonomie et que les agents ne fassent pas la navette sur des secteurs trop étendus. Les cartes administratives sur le papier sont toujours plus plates que la réalité du terrain ;
  • à une répartition réaliste et adaptée des agents aux besoins des territoires : il faut assurer un service de qualité, qui plus est lorsque ce dernier s’adresse à des publics souvent en souffrance.

Un cabinet extérieur doit accompagner cette « mue » organisationnelle en y associant agents, élu(e)s, partenaires institutionnels et associatifs, pour une validation par l’Assemblée fin 2017.
Il est évident que la réflexion et le débat à venir nous mobiliseront tout au long de l’année, mais attention au syndrome « Big is beautiful » ! Attention à ne pas créer des déserts territoriaux dépourvus de toute présence départementale !

Groupe Front de Gauche - Gauche citoyenne

Quand le travail devient souffrance

D’après l’Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail, pour sept salariés sur dix, les conditions de travail se sont dégradées ces six dernières années.

L’explosion de la souffrance au travail est aujourd’hui reconnue. La culture du résultat et l’objectif d’une productivité toujours accrue ont des conséquences sur la santé psychique et physique des travailleurs.

L’emploi, secteurs privé et public confondus, est, de plus en plus, une variable d’ajustement. Il est soumis à une logique financière de réduction de son coût, à son intensification. Le travail repose sur de nouvelles pratiques de management. Il est subordonné à un arsenal d’objectifs abstraits, ayant bien souvent peu à voir avec la réalité « de terrain », conduisant les salariés à être les victimes d’injonctions paradoxales (faire toujours plus avec toujours moins).

Les restructurations, réorganisations opérées au sein du Conseil départemental font partie des éléments de cette dégradation sociale vécue par les agents. La souffrance au travail s’impose aujourd’hui comme un enjeu pour le personnel. Le travail et la pression s’intensifient. Dans un contexte de chômage de masse, d’une précarisation des emplois, la fonction publique n’échappe pas aux discours d’adaptation aux normes économiques : contrat contre statut, rentabilité, coût du travail.

La souffrance au travail n’est pas nouvelle, mais les salariés avaient autrefois une vision collective et solidaire de leur destin ; en outre, leur souffrance avait, à leurs yeux, un sens politique : elle était l’expression des rapports de domination et d’exploitation de la classe ouvrière dans la société.

Aujourd’hui, individualisme aidant, les salariés se sentent seuls face à leurs difficultés, ils ont le sentiment d’un délitement, d’un désintérêt de leurs directions.

Réformes, restructurations, réorganisations engendrent des organisations de travail défaillantes, toutes liées à un usage excessif des êtres humains (départs à la retraite non remplacés, arrêts maladie non suppléés...).

Confrontés à cette pression, beaucoup de salariés perdent pied, à mesure que le travail colonise leur vie toute entière. La démarcation entre sphère publique et sphère privée s’efface et la souffrance au travail finit par toucher toute une famille, conduisant parfois au suicide (France Télécom, La Poste, hôpitaux…).

Les salarié(e)s doivent reprendre confiance en l’action collective qui seule peut casser ce cercle vicieux. Ne laissons pas les programmes de Macron, Fillon, Le Pen remettre en question nos droits sociaux et les moyens de nous défendre !

Défendons « l’Humain avant tout ». Que la satisfaction des besoins sociaux et écologiques pour tous prime sur l’exigence de profit de quelques-uns !

Service communication

Article mis à jour le 24 février 2017