Une opposition active !

Le groupe Union des Républicains fait entendre sa voix en assemblée et sur le terrain pour une autre vision et mise en oeuvre des politiques départementales. Ce fût le cas sur différents dossiers lors des débats en séance publique. Extraits.

En matière de solidarités sociales.
Eléonore SZCZEPANIAK met l’accent sur l’écrêtement des plans d’aides qui n’ont pas uniquement touché les bénéficiaires et ont une incidence négative sur le secteur du travail à domicile. Concernant nos séniors, Stéphanie FLORIDUTOUR demande de prendre en compte les difficultés de fonctionnement des EHPAD, le Département étant chef de file de l’action sociale.
D’ailleurs, Valérie PRUNIER insiste sur le fait que notre collectivité ne doit pas imposer de rigorisme en matière de gestion pour les associations partenaires comme avec les CLIC (guichets d’accueil, d’information et de coordination ouverts aux personnes âgées et à leur entourage, ainsi qu’aux professionnels de la gérontologie et du maintien à domicile).

En matière d’éducation, de jeunesse et de culture.
Audrey MANUBY s’inquiète du manque de moyens dévolus à la jeunesse et aux personnes âgées, spécifiquement en zone rurale. Jean-Philippe PERRET réclame de l’équité, de la transparence et de l’information sur les choix opérés pour la tarification solidaire à propos de la restauration et du transport scolaires. Jean-Paul CUZIN attire l’attention sur la gestion et les achats des matériels qui doivent être plus homogènes et rationnels au niveau des collèges. Flavien NEUVY affirme que la politique culturelle nécessite plus de lisibilité sur les territoires et doit accompagner les dispositifs des collectivités qui oeuvrent aux côtés du Département.

En matière de développement territorial.
Martine BONY et Michel SAUVADE regrettent la politique agricole proposée : hors-sol, intrusive, elle superpose une politique d’ingénierie nouvelle sur des dispositifs existants.
Bertrand BARRAUD souligne que la politique liée à l’attractivité des territoires ne doit pas omettre le patrimoine ou le tourisme (qu’il soit vert, d’affaires ou industriel). A ce propos, Anne-Marie MALTRAIT souligne l’importance de la politique environnementale et l’intérêt des Espaces Naturels Sensibles.

En matière de finances et d’infrastructures.
Jean PONSONNAILLE appelle à la plus grande vigilance quant à la gestion des deniers publics, et ce, au regard du « feuilleton » de la Halle aux Blés. Tous les élus du groupe constatent et déplorent une dégradation du patrimoine routier et le désengagement financier de la majorité en la matière.

Les solidarités humaines et territoriales ne se décrètent pas : elles exigent une vision globale et de bon sens.

Les élus du groupe › Valérie PRUNIER - Michel SAUVADE (Ambert) - Eléonore SZCZEPANIAK - Pierre RIOL (Aubière) - Anne-Marie PICARD - Jean-Paul CUZIN (Beaumont) - Colette BETHUNE - Flavien NEUVY (Cébazat) - Marie-Anne MARCHIS - Jean PONSONNAILLE (Chamalières) - Anne-Marie MALTRAIT - Lionel CHAUVIN (Châtel-Guyon) - Jocelyne BOUQUET - Bertrand BARRAUD (Issoire) - Martine BONY – Jean Marc BOYER (Orcines) - Stéphanie FLORI-DUTOUR - Jean-Philippe PERRET (Riom) - Audrey MANUBY - Lionel MULLER (Saint-Ours-les-Roches)

Service communication

Article mis à jour le 08 juin 2018