EHPAD : agir au présent et anticiper l’avenir

C’est un sujet qui nous concerne tous, mais qui n’a fait l’objet d’aucune anticipation de nos gouvernants. Il s’agit de la prise en charge de la dépendance, de l’accompagnement de nos seniors, de la situation des EHPAD (établissements d’hébergement des personnes âgées dépendantes).

Dès 2005, un reportage réalisé dans un EHPAD sur une chaîne régionale faisait le constat suivant : « En maison de retraite, les personnes âgées attendent. Elles attendent d’être conduites d’une pièce à une autre. Elles attendent qu’on fasse leur toilette, en dix minutes. Elles attendent qu’on leur donne à manger et elles attendent souvent trop. Est-ce souhaitable de vivre ainsi ? ! ».

Qu’ont fait les gouvernants successifs pour apporter des solutions ? Ils ont malheureusement tous attendu ! Et ils attendent encore ! Aucune mesure significative n’a été prise depuis la mise en place de la journée de solidarité. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le sujet est préoccupant et a engendré une forte mobilisation en ce début d’année.

Les gestionnaires et agents dénoncent le manque de moyens humains et matériels et la mise en place de la réforme de la tarification dans les établissements.

Le plan Solidarité Grand Age de 2007 prévoyait d’atteindre le ratio d’un agent pour un résident alors qu’il n’est qu’en moyenne que de 0,6 aujourd’hui : le compte n’y est pas.

L’état de santé du résident a une incidence majeure sur son hébergement et son autonomie. Et inversement : la qualité de vie au travail des agents est aussi une des conditions de bien-être pour les personnes accueillies.

Il est urgent de revaloriser les métiers liés à la prise en charge des personnes âgées qui exigent à la fois compétences et humanisme.

L’augmentation du nombre de personnes accueillies et l’accroissement de la dépendance sont inexorables et inévitables.

L’objectif est d’assurer à nos aînés l’autonomie et des conditions de vie agréables avec un accompagnement adapté en établissement, à domicile ou en structure intermédiaire.

Sur un autre sujet, Jacques CHIRAC disait en son temps : « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs » : c’est le cas sur la dépendance.

Il est temps qu’au plus haut niveau de l’Etat, nos responsables regardent dans la direction de nos aînés pour leur assurer un accompagnement humain et matériel à la hauteur du respect qui leur est dû ! Il faut, en priorité, repenser les sources de financement des EHPAD.

Il est plus qu’urgent que le Département du Puy-de-Dôme se saisisse du sujet en partenariat avec les acteurs concernés.

 

Le Président : Jean Marc BOYER

Valérie PRUNIER - Michel SAUVADE (Ambert) - Eléonore SZCZEPANIAK - Pierre RIOL (Aubière) - Anne-Marie PICARD - Jean-Paul CUZIN (Beaumont) - Colette BETHUNE  - Flavien NEUVY (Cébazat) - Marie-Anne BASSET - Jean PONSONNAILLE (Chamalières) - Anne-Marie MALTRAIT - Lionel CHAUVIN (Châtel-Guyon) - Jocelyne BOUQUET - Bertrand BARRAUD (Issoire) -  Martine BONY – Jean Marc BOYER (Orcines) - Stéphanie FLORI-DUTOUR - Jean-Philippe PERRET (Riom) - Audrey MANUBY - Lionel MULLER (Saint-Ours-les-Roches)

Service communication

Article mis à jour le 12 avril 2018