Une forêt sous-exploitée

L'insuffisance de la récolte de la forêt privée dans le Puy-de-Dôme conduit à une surcapitalisation dangereuse et un appauvrissement biologique des forêts et à un manque à gagner pour l'économie locale.
Face à ce constat, le Conseil départemental du Puy-de-Dôme s'est engagé dans une politique volontariste de soutien à la filière forêt-bois visant à réduire le handicap du morcellement de la propriété forestière privée, à intensifier la sylviculture, augmenter la récolte et créer des emplois.
Avec un budget moyen de 1 100 000 € par an en faveur de la filière forêt-bois, la politique du Conseil départemental du Puy-de-Dôme se décline en 4 axes majeurs.

Sommaire

Soutien départemental à la filière forêt-bois

Présentation

La forêt et la transformation du bois constituent, dans le Puy-de-Dôme, une richesse importante :

  • richesse économique par l'importance des volumes de bois mobilisés puis transformés par les différents acteurs de la filière : propriétaires forestiers, coopératives, experts, exploitants forestiers, scieurs, industrie de la seconde transformation ;
  • richesse écologique par la diversité des paysages et des milieux naturels qu'offrent des essences et des peuplements variés.

Son importance

La forêt puydômoise couvre, avec plus de 240 000 ha, plus de 30 % du territoire départemental.
De manière générale, les surfaces forestières sont plus importantes dans les zones de moyenne montagne où les potentialités de production forestière sont les meilleures et les terres délaissées par l'agriculture.
Ainsi, le taux de boisement sur le Livradois-Forez est de 51 %, alors qu'en Limagne et bassins, il est de 17 %.

Ses propriétaires

La forêt dans le Puy-de-Dôme est essentiellement privée (86,9 % soit 210 800 ha).
Le reste, soit environ 32 000 ha, appartient à l'Etat, aux communes ou aux sections de communes et est géré par l'Office National des Forêts.
La forêt privée appartient à environ 85 000 propriétaires. Autrement dit, la surface moyenne par propriétaire est de l'ordre de 2 ha, constituée en 4 ou 5 parcelles, souvent non contiguës. 

Consulter le schéma des répartitions

Répartition des propriétés forestières selon leur taille

Ses caractéristiques

Les variations d'altitude (s'échelonnant de 300 à 1 400 m), les conditions climatiques et géologiques et la diversité des essences sont à l'origine de la variété des forêts du Puy-de-Dôme.
La répartition feuillus/résineux est presque équilibrée en surface : 46 % pour 54 %. Les résineux sont en majorité représentés par le sapin et l'épicéa, le douglas et le pin sylvestre. Les feuillus principaux sont le chêne sessile et le hêtre.

Ses potentialités

Le volume sur pied des peuplements forestiers du Puy-de-Dôme est de 57 millions de m3 (en 2006) réparti à 63,6 % en résineux et 36,4 % en feuillus.
La forêt privée représente 87,7 % de ce capital. La forêt puydômoise s'accroît annuellement de près 2,5 millions de m3, ce qui traduit une production biologique, globalement élevée, de 10,1 m3/ha/an.
Le prélèvement annuel était d'environ 0,7 millions de m3 de bois en 2005. Ceci représente moins de la moitié de l'accroissement biologique annuel des forêts.

Ressource forestière

Présentation

Le morcellement généralisé de la propriété forestière du Puy-de-Dôme constitue un des handicaps structurels majeurs pour une gestion durable de la forêt et pour une mobilisation conséquente de la ressource forestière.

En effet, la très petite taille des parcelles rend les coûts d'exploitation et de gestion proportionnellement plus importants que pour de plus grandes parcelles où il est possible de faire des économies d'échelle. Par ailleurs, le morcellement entraîne indirectement des problèmes dans la gestion des parcelles. D'une part, il entraîne des difficultés d'accessibilité aux parcelles mais aussi des difficultés pour mener des opérations sylvicoles : celles-ci sont d'autant plus coûteuses pour le propriétaire que la parcelle est petite.

Cette non gestion sylvicole entraîne une instabilité des peuplements, une diminution de la qualité des bois et une perte de biodiversité. C'est pourquoi, conscient des enjeux liés aux problématiques forestières dans le département, le Conseil départemental du Puy-de-Dôme s'est engagé depuis 2006 dans une politique de mobilisation et de gestion de la ressource forestière via divers outils visant à réduire le handicap du morcellement de la propriété forestière, à intensifier la sylviculture, augmenter la récolte et créer des emplois.

Desserte forestière

L'absence de desserte ou son mauvais état sont des facteurs limitants du développement de la gestion et de la mobilisation du bois : aujourd'hui encore, le quart des peuplements productifs est mal desservi et ne peut concourir au développement départemental et régional. Non seulement, cette situation entraîne un surcoût pour l'acheminement des bois vers la scierie, mais encore certaines parcelles sont abandonnées et exclues de la filière bois.

Sachant que des parcelles forestières sans desserte forestière sont des parcelles mises à l'écart du circuit économique par impossibilité physique ou économique de sortie des bois, il est important de mettre en œuvre un programme ambitieux dans ce domaine.
C'est pourquoi le Conseil départemental du Puy-de-Dôme a mis en place deux outils :

  • une aide à la réalisation de schéma de desserte forestière : 
    Cette approche consiste en une étude destinée à permettre aux élus locaux et aux propriétaires fonciers d'appréhender, de manière quantifiée, les besoins en matière de voirie. 

    Le schéma de desserte constitue une démarche raisonnée qui a pour objectif :
    • de replacer les problèmes forestiers dans leur contexte local,
    • d'organiser la mise en place d'une desserte dans un souci d'optimisation de l'utilisation de l'existant, de la création de voies nouvelles et d'organisation du maillage entre routes principales (accessibles aux camions) et pistes secondaires (destinées aux engins de débardage) tout en hiérarchisant les urgences,
    • de permettre ensuite une meilleure gestion et une plus grande valorisation des peuplements forestiers. 

  • une aide à la réalisation des travaux de desserte forestière afin de contribuer à améliorer l'accès à des zones productives des massifs, pas ou mal desservies par les structures existantes, dans le but d'augmenter la mobilisation de la ressource forestière.

Foncier forestier

Regroupement de la propriété forestière privée

L'objectif de ce programme est de constituer des entités forestières permettant la mise en œuvre d'une exploitation raisonnée. Un travail d'amélioration du foncier s'avère difficile mais indispensable.
Pour ce faire, le Conseil départemental du Puy-de-Dôme a mis en place deux outils : prime à l'amélioration foncière forestière :

  • la prime au regroupement du foncier forestier accordée par le Conseil départemental du Puy-de-Dôme a permis depuis 2006 de regrouper plus de 180 ha et d'engager près de 300 ha dans une gestion durable (ouverture depuis 2008 du dispositif à l'ensemble du département),

  • une bourse foncière forestière : l'objectif de cette bourse est de recenser les parcelles mises en vente sur le département et ainsi favoriser l'information entre acheteurs et vendeurs de parcelles boisées ou à boiser.
    www.bff63.frOuvre un lien externe dans une nouvelle fenêtre

Regroupement des forêts sectionales

Le département du Puy-de-Dôme compte près de 4 000 sections de communes. Le morcellement de cette propriété qui s'étend sur près de 24 000 ha, est un frein à l'organisation de la gestion et ne permet pas d'exploiter pleinement leurs potentiels sylvicole, économique, social et écologique. Actuellement, les forêts sectionales sont gérées individuellement à des fins de production, en cherchant le mieux possible à équilibrer recettes et dépenses. Certaines forêts sectionales ne sont même pas gérées : plantations laissées à l'abandon, prairies enfrichées sans vocation définie, zones sur fréquentées pour lesquelles la section n'a plus les moyens de gestion, etc.

Le Syndicat Mixte de Gestion Forestière (S.M.G.F.) est un regroupement de forêts bénéficiant du régime forestier. Il permet de rationaliser la gestion durable et multifonctionnelle de propriétés morcelées, sans transfert de propriétés.

Plus de 26 % des forêts sectionales et communales sont déjà regroupées dans 30 SMGF.

Le Conseil départemental du Puy-de-Dôme accompagne les communes dans la mise en place de cet outil via une aide à la réalisation d'études préalables à la constitution d'un SMGF

Sylviculture

Le soutien à la gestion sylvicole durable

L'objectif de ce programme est d'inciter les petits propriétaires à s'engager dans une gestion forestière selon les préconisations de gestion durable pour :

  • améliorer la qualité des peuplements au niveau économique et écologique,
  • renforcer ; l'attractivité sociale des forêts en contribuant à l'ouverture du couvert forestier.

Sont éligibles à une aide aux travaux sylvicoles (élagage et dépressage) les propriétaires forestiers du département du Puy-de-Dôme faisants partie du Plan de Développement de Massif (se renseigner auprès de votre communauté de communes).

À consulter

Pour en savoir plus sur le Plan de Développement de MassifOuvre un lien interne dans la fenêtre en cours

Centre Régional de la Propriété Forestière d'AuvergneOuvre un lien externe dans une nouvelle fenêtre

Entreprises forestières

Aider le développement des entreprises forestières

La filière bois en Auvergne représente plus de 10 000 emplois pour plus de 4 000 entreprises. Le Puy-de-Dôme représente près de 40 % des entreprises du bois de la région.

L'exploitation forestière

Dans le Puy-de-Dôme, l'essentiel du bois commercialisé aujourd'hui est du bois d'œuvre : il représente 87 % du volume sorti des forêts. Le département est le 5ème département producteur de bois français, en volume.
Au nombre de 110 sur le département, les exploitants forestiers regroupent :

  • les scieries faisant de l'exploitation forestière soit 65 %,
  • les entrepreneurs de travaux forestiers (ETF) rassemblant les activités de bûcheronnage, de travaux sylvicoles, d'abattage et de débardage.

Mais ces derniers souffrent d'un manque de territorialisation ayant pour conséquence un manque d'optimisation logistique et un faible pouvoir de négociation dans la filière.

De ce fait, le Conseil départemental s'est engagé dans un partenariat avec l'Association Régionale des Entrepreneurs de Travaux Forestiers afin de travailler à la structuration et au développement de ces petites entreprises.

La première transformation

En 2004, la première transformation est présente au travers de 72 scieries sur le département employant environ 400 à 450 personnes, avec deux secteurs géographiques distincts : les Combrailles et le Livradois-Forez.

La production de sciages représente en moyenne 310 000 m3 par an d'après les statistiques de l'enquête annuelle de branche (EAB) 2004, ce qui fait du département le 1er producteur régional. Ces sciages sont à 94 % issus de bois résineux : le Puy-de-Dôme produit en effet la moitié du volume régional de sciages résineux.

Les scieries ont un impact socio-économique important sur le territoire. Elles permettent la valorisation de la ressource forestière locale mais surtout le développement de l'activité économique locale avec le maintien et le développement d'emplois en milieu rural.

D'après une étude réalisée par Auvergne Promobois pour le compte du Conseil départemental en 2006, plus d'une dizaine de scieries ont cessé leur activité ces dernières années. On ne compte plus que 60 scieries à l'échelle départementale : des scieries bien structurées, à activité moyenne et forte ; et un tissu de petites scieries peu structurées et mal identifiées représentant plus de 70 % des entreprises de première transformation du Puy-de-Dôme.

Typologie des scieries sur le département du Puy-de-Dôme (état des lieux 2006)

Depuis 2006, le Conseil départemental s'est engagé dans un partenariat avec Auvergne Promobois dans l'objectif d'aider ces petites scieries à se structurer et à s'industrialiser face à un marché qui devient de plus en plus compétitif :

  • mise à niveau des entreprises au plan réglementaire et normatif,
  • accompagnement des entreprises dans la modernisation et l'amélioration des conditions de travail,
  • initiation et accompagnement des projets à l'ouverture de nouveaux marchés afin d'apporter de la valeur ajoutée aux sciages bruts.

Aller sur le site d'Auvergne Promobois pour en savoir plusOuvre un lien externe dans une nouvelle fenêtre

En parallèle, le Conseil départemental du Puy-de-Dôme s'est engagé dans une politique de soutien aux petites scieries et scieries en développement. Il s'agit de contribuer à améliorer la compétitivité du secteur de la première transformation du bois d'œuvre dans le but d'assurer une meilleure valorisation de la ressource forestière, de satisfaire les besoins croissants de l'industrie aval et de maintenir un tissu d'entreprises en milieu rural.

La seconde transformation

La seconde transformation du bois est représentée par des PME en majorité artisanales et assez nombreuses sur le département (790 entreprises, employant 1 800 personnes). Elles recouvrent une diversité d'activités qui vont de l'emballage au secteur du bois bâtiment.

Pour connaître les aides proposées :

Guide des aidesGuide des Aides

Renforcer la structuration de la filière forêt-bois

L'insuffisance de la récolte de la forêt dans le Puy-de-Dôme conduit à une surcapitalisation dangereuse à un appauvrissement biologique des forêts et à un manque à gagner pour l'économie locale.

Face à ce constat, le Conseil départemental du Puy-de-Dôme a affiché sa volonté de renforcer la structuration de la filière forêt-bois afin d'augmenter de façon raisonnée la récolte du bois et d'améliorer la gestion forestière dans l'objectif de promouvoir la forêt comme instrument d'aménagement durable du territoire.

Deux outils sont mis en place sur le département du Puy-de-Dôme :

  • Instituées par la loi d'orientation forestière de 2001, les Chartes Forestières de Territoire (CFT) visent à replacer la forêt dans un contexte local, et de l'intégrer à un développement territorial plus vaste que le simple massif forestier. Il s'agit de raisonner à l'échelle d'un territoire et non de la forêt. Une charte doit répondre à trois objectifs principaux :
    • intégrer la multifonctionnalité des forêts en réalisant l'adéquation entre le potentiel économique de la forêt et les demandes économiques et sociales ;
    • replacer la forêt dans le développement territorial par des actions de sensibilisation, médiation et négociation, afin de valoriser la forêt et le bois dans la société,
    • concilier les demandes des différents usagers et des offreurs d'espaces par la voie de la contractualisation.
      Ainsi, les chartes forestières ont réellement vocation à structurer des projets d'aménagement du territoire et de développement local.
  • le Plan de Développement de Massif forestier (PDM) est un outil d'animation concentrée dans le temps et l'espace visant la mise en gestion pérenne de la forêt privée et donc une augmentation du niveau de mobilisation des bois. L'objectif est d'inciter les propriétaires à gérer leur patrimoine et par conséquent de faire des coupes de bois, de mobiliser les opérateurs économiques et de montrer aux élus les potentialités de développement de leur territoire en provenance de la forêt.

Partenariats
Le Conseil départemental a initié un partenariat avec l'Association des Communes Forestières du Puy-de-Dôme pour la mise en œuvre d'un réseau de charte forestière départemental, et avec le CRPF et les territoires PDM concernés via la mise à disposition d'un technicien forestier sur le territoire sur 3 ans maximum.

3 CFT ont été réalisées sur le département : Faille de Limagne, Randan et Volvic, Sources et Volcans.

4 PDM sont en cours sur les territoires de : la Montagne Thiernoise, la Vallée de l'Ance, le Haut-Livradois et le Pays d'Arlanc

soit 43 communes pour 88 420 ha de surface forestière.

Soutenir l'essor de la filière bois-énergie

Face aux graves problèmes environnementaux et aux dépendances énergétiques coûteuses auxquels nous sommes confrontés, le bois-énergie, énergie renouvelable par excellence, se présente comme une pièce maîtresse du développement durable.

Le Conseil départemental du Puy-de-Dôme a montré sa volonté depuis plusieurs années de soutenir le développement de la filière bois-énergie afin d'encourager la valorisation énergétique des sous-produits de la filière forêt-bois et la gestion durable des forêts, permettre la création d'emplois locaux participant au développement économique local et participer à la lutte contre le changement climatique.

A travers l'accord-cadre pluriannuel 2007-2013 annexé au Contrat de Projet État-Région, la politique énergétique départementale en faveur de la filière bois-énergie se décline en trois axes majeurs :

  • Promouvoir l'utilisation du bois énergie
    Afin de développer cette filière, le Conseil départemental a souhaité mettre en œuvre une politique d'animation et de sensibilisation à travers son partenariat avec deux Espaces Info Energie (E.I.E.) référencés à l'échelle du département :
    • l'ADIL (Association Départementale d'Information Logement) comme relais d'information du grand public
      Ouvre un lien externe dans une nouvelle fenêtrewww.adil63.org
    • l'ADUHME (Association pour un développement urbain harmonieux par la maîtrise de l'énergie) pour la sensibilisation et l'accompagnement technique des consommateurs non domestiques (Collectivités territoriales, Office HLM, entreprises, agriculteurs, bureaux d'études, etc.).
      Ouvre un lien externe dans une nouvelle fenêtrewww.aduhme.org
  • Développer, accompagner les projets bois-énergie émergents
    Le Conseil départemental a affiché sa volonté de soutenir le développement de la filière bois et ce notamment par son engagement dans le programme pluriannuel " Plan bois énergie et développement local " cosigné par l'ADEME, le Conseil régional et les 4 départements. Il soutient financièrement, avec ses partenaires, plusieurs réalisations.

    Sur la période 2000-2007, près de 1,5 millions d'euros ont été engagés que ce soit pour l'animation du Plan, pour le financement d'études de faisabilité ou pour l'installation de chaudières bois pour les collectivités et /ou les particuliers.
    Ainsi, une trentaine d'études de faisabilité a été effectuée sur le département ; une vingtaine de projets d'installation de chaudières et/ou réseaux de chaleur ont été réalisés ; et près de 200 particuliers ont bénéficié d'une aide à l'acquisition de chaudières à plaquettes ou granulés.
    Plus d'une trentaine de projets sont à l'étude ou en cours de réalisation.
  • Renforcer la structuration de la filière bois énergie
    Afin d'apporter une meilleure visibilité et crédibilité à la filière bois énergie, il est nécessaire d'assurer aux porteurs de projets la garantie d'un approvisionnement de combustible de qualité et à prix maîtrisés.
    En 2005, le Conseil départemental du Puy-de-Dôme a décidé, en partenariat avec l'ADEME, de réaliser une étude sur la structuration d'une filière bois-énergie à l'échelle du départementale.

Principales conclusions de l'étude :

A. des ressources ligneuses abondantes et facilement mobilisables = 100 à 160 000 tonnes par an à court et moyen terme ou 30 à 40 000 TEP (Tonne Equivalent Pétrole) ou 30 à 35 000 équivalent logements.

B. nécessité de mettre en place des plates-formes de stockage et de conditionnement afin de passer du stade de fourniture artisanale de matière brute à celui d'une organisation de production/distribution de combustibles bois.

C. Critères indispensables pour la viabilité d'une filière bois-énergie départementale voire régionale :

  • Garantir un approvisionnement de qualité
    Élaborer un mix énergétique répondant aux caractéristiques techniques des chaufferies installées (PCI, granulométrie, taux d'humidité, type de bois, impuretés, etc.),
  • Assurer un approvisionnement régulier
    Assurer des livraisons régulières selon la taille du silo de stockage et éviter les ruptures d'alimentation durant la période hivernale,
  • Garantir un approvisionnement à prix maîtrisé
    Élaborer un plan d'approvisionnement économiquement viable (meilleur schéma opérationnel permettant de produire, stocker et livrer le combustible-bois), éviter une montée exagérée des prix.

Aide à la réalisation des travaux de desserte forestière

Direction de l'Aménagement des Territoires

Article mis à jour le 30 août 2017