Préservation des espaces agricoles

Soutenir le pastoralisme sur les estives

Une politique qui vise à maintenir l'agriculture en zone de montagne tout en préservant l'ouverture des paysages et la biodiversité de ces pâturages.
L'enveloppe budgétaire globale pour aider les groupements pastoraux à aménager les 15 000 ha d'estives du Puy-de-Dôme (Forez, Chaîne des Puys, Sancy) s'élève à 100 000 € par an en moyenne.

Sommaire

Maintenir des campagnes vivantes

Favoriser l'attractivité des territoires

Le Puy-de-Dôme comptait lors du dernier recensement agricole 8 075 exploitations (données 2005), correspondant à une baisse annuelle d'environ 3,5 % depuis 1979.
Dans le même temps, la surface moyenne des exploitations a plus que doublé avec une moyenne départementale à 71 hectares.

Or le renforcement de l'attractivité et de l'identité des territoires passe par le maintien d'une agriculture et de son ancrage territorial. L'accès au foncier et à une structure foncière viable, sont une des clés de l'installation agricole, et ce dans les secteurs fragilisés par la déprise agricole comme dans les espaces périurbains soumis à une forte pression foncière.

Diagnostics fonciers

Destinés aux communautés de communes, il permet de déterminer les mouvements de foncier pour les 5 à 10 ans à venir. 
Cela passe par l'identification des candidats à l'installation des exploitations agricoles sans repreneur, une analyse qualitative des exploitations (terrain, bâtiments, droits à produire) et la réalisation de scénarios d'utilisation des parcelles (installation, renforcements...).

Réseaux « Installation foncier »

Suite aux constats dressés par les diagnostics fonciers, certaines communautés de communes du Livradois-Forez et des Combrailles ont décidé de se fédérer afin de soutenir l'installation agricole. A cette fin, deux réseaux regroupant plusieurs communautés de communes se sont crées.

Leur animation est financée en partie par le Conseil départemental. Il s'agit d'un outil de réflexion opérationnel sur l'aménagement des territoires ruraux, les réseaux mobilisent les outils de gestion du foncier à leur disposition.

Paysage

Préserver le bocage Puydomois

Les haies, le bocage et les bosquets marquent fortement l'identité d'un territoire rural. Elles ont un rôle multiple :

  • protection des troupeaux ou des cultures ;
  • amélioration du cadre de vie autour des bâtiments notamment agricoles ;
  • rupture de la monotonie des paysages ;
  • régulation du régime des eaux ;
  • abri et sources de nourriture pour les espèces animales ;
  • corridors écologiques pour leurs déplacements ;
  • production de bois d'œuvre et de bois de feu, etc.

Mais, pendant longtemps, la réorganisation foncière a entraîné une réduction significative de ces haies, par arrachage de l'existant et absence ou insuffisance de reconstitution. Aussi, depuis le 1er janvier 2008, le Conseil départemental de Puy-de-Dôme s'est engagé dans un partenariat avec la "Mission Haies" pour :

  • préserver le bocage dans le cadre des aménagements fonciers ;
  • animer et organiser des programmes de plantations de haies ;
  • entretenir la haie notamment vulgariser les techniques de valorisation du bois via le bois-énergie former ;
  • sensibiliser et communiquer sur les bienfaits de la haie.

De la même façon, le Conseil départemental encourage la plantation d'arbres ou de haies via des aides incitatives (avec l'ouverture depuis 2008 du dispositif aux agriculteurs).

L'impact de boisements « en timbre poste » sur la qualité des paysages et sur l'activité agricole est particulièrement néfaste :

  • fermeture et banalisation des paysages ;
  • étouffement des villages et des hameaux ;
  • émiettement du foncier agricole.

Depuis 2003, le Conseil départemental a exprimé sa volonté d'encourager la suppression des boisements dits " gênants ". Un dispositif financier permet chaque année de remettre en état agricole une centaine d'hectares sur le département via des aides incitatives à la coupe et au dessouchage.

Pour en savoir plus :

Guide des aidesGuide des Aides

Direction de l'Aménagement des Territoires

Article mis à jour le 27 avril 2018