Les actualités du Puy-de-Dôme

Routes

10 décembre 2019

Rendre la route toujours plus sûre

Le Département investit chaque année pour réaménager les points les plus accidentogènes du réseau routier. Exemple sur la RD 999 entre Le Vernet-Chaméane et Saint-Germain-l’Herm.

Sommaire

Itinéraire de montagne, la RD 999 relie le Haut-Livradois au bassin d’Issoire. Malgré un trafic inférieur à 1 500 véhicules par jour, plusieurs accidents et sorties de routes ont été recensés sur cet itinéraire, notamment sur les 7 km reliant Le Vernet-Chaméane à Saint-Germain-l’Herm.
Située à plus de 800 m d’altitude, elle est souvent enneigée et embrumée en hiver. De surcroît, elle est très empruntée par les poids lourds.

Pour réduire les accidents, le Département a engagé un programme de traitement de ses points sensibles. Quatre virages particulièrement accidentogènes ont été identifiés. Sur deux d’entre eux, des terrassements et des déboisements ont été réalisés de part et d’autre de la chaussée pour améliorer la visibilité des automobilistes, offrir des espaces de récupération en cas de perte de contrôle du véhicule et augmenter l’ensoleillement en hiver (et donc limiter le risque de gel).
 Les deux autres virages ont été rectifiés (les travaux sur le virage au lieu-dit Pégotard doivent se terminer au printemps 2020) pour offrir des courbes plus douces et un meilleur dévers pour prévenir le risque de décrochage et, là aussi, améliorer la visibilité.

À noter que, dans une logique de développement durable, les déblais issus des terrassements ont été réutilisés en remblais, ce qui a permis d’éviter le déplacement de 3 300 m3 de matériaux.

Financement

Coût total : 500 000 €
Financé par le Département

Parole d'élu : Olivier Chambon

« En matière de sécurité routière, l’année 2019 a été calamiteuse. Et ce, malgré le bon état de notre réseau routier. Sa qualité n’a d’ailleurs jamais été mise en cause dans les accidents mortels recensés cette année dans le Puy-de-Dôme. On ne le dit jamais assez, mais la sécurité routière est avant tout une affaire de bon sens et de respect des règles.
En période hivernale, la vigilance doit être encore plus forte. Comme chaque année, avec un budget moyen de 12 M €, le Conseil départemental mobilise des moyens importants pour assurer le dispositif de viabilité hivernale. Mais avec un réseau de 7 000 km dont 2 000 km situés en zone de montagne, tout ne pourra pas être salé ou déneigé en même temps.
Si nous assurons un service ce qualité, il revient aussi à l’usager de s’adapter en équipant son véhicule, en roulant à vitesse modérée ou encore en ne prenant sa voiture qu’en cas de nécessité. Nous devons être citoyens et non pas consommateurs de la route. »

L'utilisation des amendes

Le produit des amendes de police permet d’aider les communes à financer leurs équipements de sécurité.

Radars pédagogiques, arrêts de bus ou abribus, autant d’outils ou de structures qui sont en partie financés avec le produit des contraventions.
Grâce à une dotation annuelle des services de l’Etat, les communes peuvent bénéficier jusqu’à 75 % de financement (dans une limite de 7 500 € par an). Elles doivent adresser leurs demandes au Conseil départemental qui instruit et valide les dossiers. C’est ensuite la préfecture qui verse l’aide.

En 2019, près de 500 000 € ont pu être mobilisés pour traiter plus d’une centaine de dossiers dont la sécurisation d’une dizaine de carrefours et l’installation de 30 radars pédagogiques. À ceci s’ajoutent l’achat et la pose d’abribus ou encore l’aménagement de nombreuses zones piétonnes pour faciliter et surtout sécuriser les déplacements à pied.