Groupe Socialistes et apparentés 63

Un président isolé et illégitime

Devenu, par son seul revirement individuel, un soutien inconditionnel aux politiques ultralibérales portées par le Président de la République et son Gouvernement, et en raison de son comportement autoritaire et de la multiplication de décisions unilatérales, le président du Conseil départemental se retrouve aujourd’hui sans majorité.

Notre Département vit aujourd’hui une situation de crise politique profonde et inédite sous la Ve République !

Depuis décembre 2019, 7 vice-présidents ont démissionné ; Monsieur Gouttebel est aujourd’hui entouré de 10 élu.e.s, dont 4 vice-président.e.s et 4 conseiller-e-s délégué-e-s, au sein d’une Assemblée qui compte 62 élus. C’est une situation unique et lourde de conséquences !

Sans majorité et avec un exécutif si restreint, la collectivité ne peut fonctionner correctement : les agents ne peuvent conduire avec sérénité la mise en oeuvre de décisions sans validation démocratique. Les structures partenaires s’inquiètent légitimement des conséquences de cette situation de blocage. Du fait de l’absence physique de représentants de l’exécutif dans de nombreuses instances, des politiques majeures du Département sont aujourd’hui déstabilisées.

D’un président chargé de rassembler et de veiller au bon fonctionnement de notre Collectivité, Monsieur Gouttebel est, par ses choix et son comportement, devenu un président illégitime.

Il est de sa seule responsabilité de continuer ou non à s’entêter à vouloir conduire le Département dans de telles conditions. Dans toutes collectivités, une telle mise en minorité amènerait en effet logiquement à s’interroger sur sa propre légitimité.

Pourtant, au mépris de tout et de tous, Monsieur Gouttebel refuse de tirer la conclusion qui s’impose dans cette situation dont il est seul la cause.

Les sentiments qui sont aujourd’hui les nôtres sont ceux d’un immense gâchis humain et surtout celui d’un grand mépris.

Nous regrettons vivement que l’intérêt des Puydômois.e.s et l’avenir des politiques publiques menées en direction des Territoires ne soient pas au coeur de ses priorités.

Pour toutes ces raisons, lors de la session départementale du 18 février, avec le Groupe « Gauche 63 », nous avons pris la décision de :

  • dénoncer à nouveau l’illégitimité politique de l’exécutif actuel ;
  • ne pas prendre part au vote des délibérations présentées à l’assemblée départementale ;
  • ne pas donner acte du débat d’orientations budgétaires ;
  • dénoncer le rapprochement entre le groupe de droite et le groupe de l’exécutif.

Les Co-président-e-s : Élisabeth Crozet, Gilles Pétel
Les élus du groupe : Damien Baldy - Dominique Briat (Clermont-Ferrand 4), Gérard Betenfeld - Nathalie Cardona (Pont-du-Château), Olivier Chambon (Thiers), Nadine Déat - Patrick Raynaud (Clermont-Ferrand 6), Antoine Desforges (Vic-le-Comte), Manuela Ferreira De Sousa (Clermont-Ferrand 2), Sylvie Maisonnet (Clermont-Ferrand 3), Florent Moneyron (Lezoux), Monique Pouille (Cournon-d'Auvergne), Alexandre Pourchon (Clermont-Ferrand 1).

Contact

Tél. : 04 73 42 22 83
Mail : socialistesetapparentes63@gmail.com

Service communication

Article mis à jour le 04 mars 2020