Groupe Socialistes et apparentés 63

Toutes les solidarités méritent des moyens !

Nous l'avons toujours soutenu : la solidarité envers les plus précaires constitue une priorité de notre politique départementale, notamment les personnes sans ressources, bénéficiant du Revenu de Solidarité Active, et les personnes en situation de handicap. Les moyens du Département sont déjà largement mobilisés sur ces questions cruciales.

Nul n'ignore que la récente réforme de l'assurance chômage durcit considérablement les conditions d'accès à l'allocation chômage, ainsi que les montants que les demandeurs d'emplois pourraient percevoir. Les objectifs annoncés de la réforme sont clairs : diminuer le nombre de demandeurs d'emplois et réaliser des économies substantielles sur le versement des allocations chômage. Bien entendu, tout cela est présenté comme un facteur déterminant pour le retour à l'emploi, mais aussi comme un traitement plus égalitaire des personnes concernées.

A y regarder de plus près, le durcissement de l'accès à l'allocation chômage pourrait exclure 300 000 personnes d'une indemnisation, notamment pour les plus précaires qui ne rempliront plus les conditions nécessaires. En ce domaine, faut-il voir l'égalité de traitement des personnes comme un idéal, ou doit-on lui préférer l'équité, qui vise à aider davantage ceux qui en ont le plus besoin ?

Notre crainte est que la diminution des allocataires de l'assurance chômage ne vienne gonfler le nombre de bénéficiaires du RSA, dont le Conseil départemental a la charge. Et, rappelons-le, sans compensation pleine et entière de l'État !

Alors que les dotations de l'État diminuent depuis de nombreuses années déjà, que les collectivités sont soumises à une incitation contractuelle punitive, sous peine d'amende, de modération de son budget, il faudrait leur faire courir le risque de dépenses supplémentaires et obligatoires ?

Dans ces conditions, comment pourrons-nous mettre en oeuvre nos politiques de solidarités entre les hommes et entre les territoires ? Faudra-t-il laisser sur le chemin les objectifs territoriaux et environnementaux qui nous sont chers ? Devra-t-on aller jusqu'à pénaliser ceux qui se trouvent en situation de handicap ou d'isolement par manque de moyens ?

Ce choix imposé, nous ne voulons et nous ne pouvons pas le faire. Il est de plus en plus indispensable que les collectivités de proximité puissent bénéficier de moyens décents et suffisants pour faire face à toutes leurs obligations au service de l'ensemble de la population, et en particulier ceux qui en ont le plus besoin.

LES CO-PRÉSIDENT-E-S : Élisabeth Crozet, Gilles Pétel
Les élus du groupe : Damien Baldy , Gérard Betenfeld, Dominique Briat, Nathalie Cardona, Nadine Déat, Antoine Desforges, Manuela Ferreira De Sousa, Sylvie Maisonnet, Florent Moneyron, Monique Pouille, Alexandre Pourchon, Patrick Raynaud

Service communication

Article mis à jour le 01 octobre 2019