De nouveaux indicateurs, pour de nouvelles politiques

Alerter sur l’état de plus en plus inquiétant de notre planète ne suffit plus. Le péril climatique et humain atteint désormais un tel niveau, que cela nous impose de revoir radicalement la manière dont nous concevons les systèmes économique et notre rapport à la nature. Si l’on considère la relation entre l’humanité et le monde du vivant comme un ensemble et non comme un rapport de domination, il est primordial de garder à l’esprit que sans nature, il n’y a pas d’humain, et sans humain, il n’y pas d’économie. Il est aujourd’hui primordial de construire une organisation économique et des politiques publiques au service des citoyens et de l’environnement.

En ne recherchant que l’augmentation des profits et l’accumulation du capital, le libéralisme capitaliste nous dirige tout droit dans un précipice. Les ressources naturelles sont pillées sans pour autant que les richesses créées ne profitent réellement aux citoyens (80% d’entre elles sont accaparées par seulement 1% de la population - OXFAM).

Aussi, pour construire un nouvel horizon commun, équilibré et soutenable, les politiques publiques doivent être de véritables leviers d’actions pour la transition écologique et sociale, et ne pas se laisser affaiblir par une médiocre gestion comptable. Les indicateurs de richesse utilisés jusqu’à présent pour orienter et évaluer les effets de ces politiques ne traduisent pas les besoins réels en termes d’urgence climatique et humanitaire.

En cette fin d’année, le Département du Puy-de-Dôme doit choisir ses orientations budgétaires ; c’est donc l’occasion de réfléchir à l’évaluation et à la mise en place de dispositifs selon des critères sociaux et environnementaux et de ne plus subir de façon incessante les politiques d’austérité qui creusent les inégalités.

La richesse ne s’arrête pas seulement à l’accumulation de biens matériels et les nouveaux indicateurs doivent permettre de nous interroger sur le niveau de progrès social, l’accès à la culture, à l’éducation, à la santé, et mesurer l’empreinte carbone et la gestion équilibrée de nos ressources naturelles.

Cette réflexion autour des nouveaux indicateurs de richesse nécessitera la participation citoyenne des Puydômois. Il sera indispensable de déterminer collectivement les indicateurs de progrès sur lesquels notre département et ses élus pourront s’appuyer pour mettre en place des politiques au service de l’intérêt général.

Le Président : Lionel GAY (Le Sancy)
Les élus du groupe : Annie Chevaldonné (Thiers) - Monique Rougier (Lezoux) - Bertrand Pasciuto (Cournon d'Auvergne)

Contact

gay.lionel63ping@orangepong.fr Ouvre une fenêtre pour envoyer un mail
Tél. : 04 73 42 38 89

Service communication

Article mis à jour le 21 novembre 2018