À gauche : une responsabilité historique

Le Conseil Départemental, c’est la collectivité des solidarités. Pourtant, depuis de longues années, l’État ne donne plus aux Départements les moyens financiers permettant d’exercer correctement leurs compétences sociales. La non compensation de ces dépenses obligatoires se creuse d’année en année. Autrefois contestée, elle est désormais acceptée implicitement par le Président Jean-Yves Gouttebel qui souscrit aux choix d’Emmanuel Macron et de son gouvernement. Sur le terrain, il est chaque jour un peu plus difficile, pour les agents et les élus, de mener à bien les missions prioritaires de l’action sociale.

Pourtant, et bien que nous ne participions pas à l’exécutif départemental, nos actions et le travail que nous menons également en intergroupe avec les socialistes, nous permettent de proposer des amendements qui, votés majoritairement, apportent des moyens supplémentaires aux politiques d’action sociale que nous soutenons dans les domaines de l’enfance, des personnes âgées, de l’insertion, etc.

Encore faut-il ensuite que l’exécutif respecte la démocratie et ses obligations en les mettant en oeuvre…

Face à la volonté des politiques libérales de détricoter les solidarités, l’union des forces sociales et écologistes, à tous niveaux, est une absolue nécessité. C’est dans cet esprit que, fin 2018, le groupe « La Gauche 63 » voyait le jour. Il représente l’union de différentes sensibilités de gauche et donne ainsi plus de poids à nos positions. De nombreux événements ont depuis montré l’utilité de ce rassemblement.

Avec la crise du Coronavirus, la précarité menace de plus en plus de personnes : le temps est à l’union pour l’action. Un bouillonnement sans précédent s’opère au coeur même de la société, des idées transformatrices émergent partout. Les élu·e·s doivent s’inspirer de ces alternatives portées par les acteurs territoriaux pour nourrir un nouvel imaginaire politique.

Alors soyons à la hauteur ! Au sein du camp social et écologiste, nous partageons, pour une très grande majorité, la même conception de ce que devrait être une société juste, résiliente et humaniste. Échangeons dès aujourd’hui et faisons fi de nos divergences sur des questions secondaires ; rassemblons- nous autour de ce que nous partageons : la proposition d’un autre projet de société, la lutte contre la logique purement comptable, libérale, qui occulte les liens humains et notre rapport au monde du vivant.

Nous, élu·e·s de « La Gauche 63 », avons pris nos responsabilités en entamant les échanges nécessaires à une construction commune. Dans le contexte national actuel, les forces de gauche ont, en effet, la responsabilité de se mettre ensemble, au service d’une société qui a plus besoin de démocratie, d’unité, de solidarité, d’épanouissement individuel, de projets collectifs, besoin de mise en oeuvre d’une vraie transition écologique. Si cette union des familles de la gauche ne se fait pas, elles devront en répondre devant les citoyen·ne·s et devant l’histoire.

Les co-président-e-s : Jocelyne Glace Le Gars (Billom), Lionel Gay (Le Sancy)
Les élus du groupe : Valérie Bernard (Clermont-Ferrand 1), Grégory Bonnet - Clémentine Raineau (Saint-Georges-de-Mons), Annie Chevaldonné (Thiers), Gérald Courtadon (Clermont-Ferrand 2), Caroline Dalet (Maringues), Jacky Grand (Billom), Bertrand Pasciuto (Cournon d'Auvergne), Monique Rougier (Lezoux).

Contact

Tél : 04 73 42 25 26
Mail : lagauche63ping@gmailpong.com

Service communication

Article mis à jour le 29 octobre 2020