S’attaquer aux déserts médicaux

Les chiffres sont accablants : huit millions de Français vivent dans un désert médical. Cette situation touche à la fois milieux ruraux et urbains.

Chacun fait le constat d’une baisse générale et continue du nombre de médecins en activité régulière, d’un renouvellement générationnel insuffisant, de territoires cumulant les fragilités.

Notre département n’est pas épargné, malgré l’action des collectivités locales pour apporter des solutions, notamment avec la création de maisons de santé.

Malheureusement, les résultats ne sont pas toujours à la hauteur des attentes : médecins quittant le territoire après seulement quelques mois, absence de candidature...

Face à cette situation, mais aussi pour anticiper les futurs départs à la retraite de médecins, nous devons explorer d’autres pistes. L’une d’entre elles est la création de centres de santé.

Ces centres assurent, dans le respect du libre choix de l’usager, des activités de soins sans hébergement et participent à des actions de santé publique, de prévention, d’éducation pour la santé.

Créer des centres de santé permettrait de répondre à certaines attentes des médecins qui disposeraient d’un statut de salariés avec rémunération fixe, d’horaires de travail normés, d’une protection sociale plus avantageuse et d’un appui administratif.

Pour les usagers, ce dispositif permettrait de réduire des inégalités sociales de santé et des inégalités territoriales, d’améliorer l’accès aux soins (tiers payant, CMU, AME).

Lors d’une session de l’assemblée départementale fin 2018, notre groupe a proposé de travailler sur les offres de santé dans le Puy-de-Dôme ; cet appel avait permis la création d’un groupe de travail.

Dans le débat, nous avons mis en avant l’intérêt des centres de santé en nous appuyant sur l’expérience du Conseil départemental de la Saône-et-Loire qui a engagé une réflexion avec l’Agence régionale de santé, la fédération nationale des centres de santé et la caisse primaire d’assurance maladie. Ces échanges ont abouti à ce jour à la création de 5 centres de santé territoriaux, de 12 antennes et au recrutement de plus de 30 médecins.

Nous nous félicitons de la prise en compte de notre proposition par l’exécutif départemental ainsi que du travail constructif engagé collectivement dans l’intérêt des populations du Puy-de-Dôme.

Nous souhaitons que ces initiatives soient reprises dans le débat national sur la transformation de notre système de santé mais le texte proposé par la ministre de la Santé ne répond malheureusement pas, en l’état, aux besoins des patients ni aux attentes des personnels de santé. Nous ne manquerons pas d’alimenter le débat, de faire connaître la pertinence de dispositifs tels que les centres de santé et de défendre les principes fondateurs de notre système de soins.

Les co-président-e-s: Jocelyne GLACE LE GARS (Billom), Lionel GAY (Le Sancy)

Les élus du groupe : Grégory BONNET (Saint-Georges-de-Mons), Annie CHEVALDONNÉ (Thiers), Caroline DALET (Maringues), Jacky GRAND (Billom), Bertrand PASCIUTO (Cournon d'Auvergne), Clémentine RAINEAU (Saint-Georges-de-Mons), Monique ROUGIER (Lezoux).

Contact

lagauche63ping@gmailpong.com

04 73 42 25 26

Service communication

Article mis à jour le 06 août 2019