L’humain et la solidarité !

Voilà plus de six ans que le groupe « la gauche 63 » martèle combien le Département a le devoir, en sa qualité de chef de file des politiques de solidarité, d’être au côté des plus vulnérables et de ceux qui les accompagnent au quotidien. Depuis plus de six ans, le groupe « la gauche 63 » dénonce le désengagement financier de l’Etat qui, contrairement à ses obligations, ne compense pas à leur juste hauteur les allocations de solidarité que sont l’APA (Allocation personnalisée autonomie), la PCH (Prestation de compensation du handicap) et le RSA (Revenu de solidarité active).

C’est dans ce contexte qu’en 2018, nous avions fait voter une motion réclamant à l’Etat les moyens nécessaires à la mise en oeuvre de nos missions. Durant ce mandat, la précarité s’est accrue et, malgré cela, l’exécutif a adopté des délibérations qui ont affaibli les politiques sociales.

C’est ainsi que nous avons voté de 2015 à 2019 : contre le schéma enfance/ famille qui ne prend pas assez en compte les besoins en personnel, contre la baisse des dotations aux maisons d’enfants à caractère social, contre le gel du taux directeur des Ehpad durant plusieurs années, contre l’écrêtement des plans d’aide APA avec la baisse des heures d’aide à domicile entrainant la fragilisation des personnes âgées et la précarisation des salarié.e.s, contre la suppression de 21 chantiers d’insertion alors que l’insertion est un levier pour les personnes sans emploi, contre la suppression des subventions aux missions locales. En 2018 et 2019, des élus de gauche nous ont rejoints, refusant ainsi de cautionner les choix politiques, la façon de gouverner du président et son soutien à la politique libérale d’Emmanuel Macron.

Au budget 2020, suite au départ des socialistes et apparentés de la majorité, nous avons pu ensemble réunir une majorité contre le président et son exécutif pour faire voter : l’augmentation de 2 % du taux directeur des Ehpad et des maisons d’enfants à caractère social, la somme de 2,5 millions d’euros pour le Centre départemental de l’enfance et de la famille pour que l’accompagnement et la protection des plus petits redeviennent une priorité, des primes COVID pour les services d’aide à domicile, la revalorisation des postes en insertion, 300 000 € pour les femmes victimes de violences et enfin, une relance sur le plan économique de 1,3 M €.

Nous avons toujours été force de proposition dans l’intérêt des Puydômoises et des Puydômois.

C’est dans cet esprit que notre groupe a été à l’initiative d’une réflexion autour de la création de centres de santé sur le département.

La période que nous traversons montre à quel point il est primordial que la collectivité départementale mobilise toutes ses compétences pour amortir l’impact de cette crise et lutte contre l’aggravation des inégalités sociales que celle-ci a engendrée. Cette période a démontré également à quel point nous avions besoin des autres.

Durant ce mandat, nous avons eu à coeur de rester fidèles à nos valeurs et à nos engagements, notre mobilisation est, et restera la même au service des citoyen.ne.s et des territoires.

Les co-président-e-s : Jocelyne Glace Le Gars (Billom), Lionel Gay (Le Sancy)
Les élus du groupe : Valérie Bernard (Clermont-Ferrand 1), Grégory Bonnet - Clémentine Raineau (Saint-Georges-de-Mons), Annie Chevaldonné (Thiers), Gérald Courtadon (Clermont-Ferrand 2), Caroline Dalet (Maringues), Jacky Grand (Billom), Bertrand Pasciuto (Cournon d'Auvergne), Monique Rougier (Lezoux).

Contact

Tél : 04 73 42 25 26
Mail : lagauche63ping@gmailpong.com

Service communication

Article mis à jour le 03 mai 2021