Le soutien familial, un lien générationnel

En 2050, la France comptera environ 4,6 millions de personnes âgées de plus de 85 ans, soit plus de trois fois le chiffre actuel. Le nombre de personnes âgées en perte d’autonomie devrait atteindre 2,2 millions de personnes d’ici à 30 ans, soit un million de plus par rapport à 2015. Le vieillissement de la population entraine désormais une hausse mécanique de la dépendance.

Dans le Puy-de-Dôme, en 2019, ce sont près de 10 000 personnes qui vivent en situation d’isolement quotidien. L’isolement est un facteur qui aggrave la perte d’autonomie.

Au-delà de la question du financement de la dépendance, se pose celle des solidarités face à une nouvelle donne générationnelle, celle du nécessaire développement de ce qu’on peut appeler le soutien familial. Il semble essentiel au vu du grand nombre de personnes âgées concernées que des solutions soient considérées afin de répondre à cet enjeu de société. Promouvoir des initiatives telles que le soutien familial consiste à développer la pratique de l’accueil familial, c’est-à-dire accueillir chez soi une personne âgée isolée ou encore une personne âgée qui loue une partie de son logement à un jeune.

Dans le Puy-de-Dôme, on compte près de 200 accueillants familiaux agréés et 300 personnes en perte d’autonomie accueillies.

Ces initiatives sont d’autant plus à valoriser qu’elles font appel à l’entraide privée, composante de la solidarité intergénérationnelle et dont la place devrait être mieux reconnue.

Cette entraide renoue en effet le lien entre les générations et permet aussi le maintien à domicile de personnes âgées, ce qui favorise le bien-vivre de cette génération qui ne veut pas être une charge pour ses enfants et souhaite rester chez elle en repoussant le plus tard possible un départ pour un EPHAD.

Il ne faut pas oublier le rôle des aidants qui est alors fondamental :

- par une meilleure reconnaissance en développant par exemple un statut protecteur pour faciliter leur action. Cela doit absolument être mis en oeuvre au niveau national. Au niveau plus local, avec le Département, collectivité des solidarités, il nous parait primordial de soutenir cette nouvelle donne générationnelle ;

- en soutenant l’action des CLIC (centres locaux d’information et de coordination), guichets d’accueil, d’information, d’échanges et de conseils qui s’adressent à la fois aux personnes âgées, à leur entourage, aux professionnels et aux bénévoles et à tous les aidants du secteur gérontologique.

Le Président : Jean-Marc BOYER (Orcines)
Les élus du groupe : Valérie Prunier - Michel Sauvade (Ambert) - Eléonore Szczepaniak - Pierre Riol (Aubière) - Anne-Marie Picard - Jean-Paul Cuzin (Beaumont) - Colette Bethune - Flavien Neuvy (Cébazat) - Marie-Anne Marchis - Jean Ponsonnaille (Chamalières) - Anne-Marie Maltrait - Lionel Chauvin (Châtel-Guyon) - Bertrand Barraud (Issoire) - Martine Bony - Jean-Marc Boyer (Orcines) - Stéphanie Flori-Dutour - Jean-Philippe Perret (Riom) - Audrey Manuby - Lionel Muller (Saint-Ours-les-Roches).

Service communication

Article mis à jour le 27 mai 2019