Les actualités du Puy-de-Dôme

Territoires

01 août 2016

Toujours dans la course

Réuni en juillet à Istanbul, le Comité du patrimoine mondial a décidé le "renvoi" du dossier de la Chaîne des Puys - faille de Limagne tout en reconnaissant son potentiel de valeur universelle exceptionnelle. La France dispose de 3 ans pour le représenter devant le Comité.

Sommaire

Une démarche longue et complexe

Pour son 2e examen par le Comité du patrimoine mondial, le 17 juillet dernier à Istanbul, la Chaîne des Puys - faille de Limagne a obtenu un "renvoi". Une procédure classique car il faut en moyenne 10 ans d’instruction pour rejoindre la prestigieuse liste.

« C’est une démarche longue et complexe, souligne Jean-Yves Gouttebel, président du Conseil départemental. L’oeuvre architecturale de Le Corbusier a été inscrite cette année lors de sa 3e présentation devant le Comité, après un parcours difficile et plus de 13 ans de travail. Idem pour la candidature des Causses et Cévennes qui a abouti en 2011, lors de son 3e examen. »

Juillet 2016 - Que s'est il passé à Istanbul ?

Suite aux événements du 15 juillet 2016 en Turquie, les débats ont d’abord été suspendus le samedi 16 juillet avant de reprendre le lendemain, écourtés et regroupés sur une seule journée. Le dossier de la Chaîne des Puys et de la faille de Limagne a été examiné en dernier. Dans ce contexte difficile, le Comité a cependant reconnu la valeur scientifique du site et son potentiel pour être inscrit comme « site éminemment représentatif des grands stades de l’histoire de la Terre ».

Décision de renvoi

« On est toujours dans la course. C’est une bonne décision, elle se situe juste en-dessous de l’inscription », explique le vice-président Eric Gold. « La Chaîne des Puys - faille de Limagne ayant obtenu un rapport défavorable de l’UICN, il était impensable d’être inscrit cette année, précise le président Jean-Yves Gouttebel. Grâce au travail de négociation mené pendant le Comité, un consensus apaisé a pu être trouvé. Cela devrait faciliter les discussions à venir. »
Le dossier puydômois a ainsi évité la décision de non-inscription, qui aurait été définitive, mais aussi le différé qui implique de recommencer la procédure dans son intégralité.

Toutes nos félicitations

À l’oeuvre architecturale de Le Corbusier, inscrite en juillet sur la liste du patrimoine mondial.

Restons mobilisés !

« Notre travail de dialogue avec l’UICN - l’organisme chargé par l’UNESCO d’évaluer les sites - mais aussi avec le ministère de l’Environnement, le Parc naturel régional des Volcans d’Auvergne et nos partenaires. Je tiens d’ailleurs à saluer toutes les personnes qui nous ont soutenus depuis le lancement de ce projet en 2007. Nous devons rester tous ensemble mobilisés pour ce dossier, explique Jean-Yves Gouttebel. » 

Un travail devra également être mené pour renforcer la gestion du site et revoir légèrement son périmètre afin d’en exclure les carrières en activité.

Maintenant, nous devons poursuivre notre travail.

Jean-Yves Gouttebel Président du Conseil départemental

3 ans

La France dispose à présent de 3 ans pour représenter le dossier devant le Comité, dont la prochaine session aura lieu en 2017 à Cracovie en Pologne. « On est toujours bien placé pour pouvoir être représenté par la France lors d'un prochain comité, estime Eric Gold, vice-président chargé des grands projets.  Peut-être dès l'année prochaine mais nous aviserons le moment venu : nous voulons nous donner le temps nécessaire pour bien consolider le dossier.»

Contact

Candidature patrimoine mondial
Cécile Olive-Garcia
04 73 42 12 15