Corent, ville gauloise

À l'époque gauloise, le plateau de Corent accueille un vaste oppidum, probable capitale des Arvernes avant la conquête romaine.
Le Conseil départemental vous invite à visiter le parcours et les aménagements réalisés sur ce site  archéologique.

Sommaire

Un Oppidum c'est quoi ?

C'est le terme utilisé par Jules César dans la Guerre des Gaules et c'est à Corent dans le Puy-de-Dôme que vous pourrez découvrir ce vaste oppidum, probable capitale des Arvernes avant la conquête romaine.

4 éléments le définissent :

  • C'est un phénomène qui apparaît à la fin du IIème siècle avant Jésus-Christ dans l'ensemble de l'Europe celtique et pour un temps d'occupation relativement court,
  • Les sites sont souvent fortifiés, protégés par une rivière ou perchés sur des reliefs,
  • Ils sont situés sur les voies commerciales qui permettent des échanges entre le nord de l'Europe et le monde méditerranéen,
  • L'oppidum concentre les fonctions d'habitat, artisanale, économique, politique et religieuse.

Le plateau de Corent, oppidum gaulois

À l'époque gauloise, le plateau de Corent accueille un vaste oppidum, probable capitale des Arvernes avant la conquête romaine.

Les fouilles menées sur ce site depuis 2001 sous la responsabilité de Matthieu Poux, archéologue et professeur à l'Université Lyon II, ont permis d'identifier un grand sanctuaire de terre et de bois datant de la fin de l'Âge du Fer, entre 150 et 50 av. J.-C.

À l'époque romaine, il est remplacé par un monument similaire. Les places, quartiers d'habitation ou commerciaux et les édifices publics, repérés aux abords du Temple, laissent entrevoir un schéma d'urbanisme très élaboré pour cet oppidum, loin de notre représentation caricaturale du village gaulois...

Une profusion de découvertes

Depuis ces dernières années, sous l'égide de LUERN, les fouilles ont permis de révéler un petit théâtre romain, précédé d'une construction en bois, datée de la période gauloise.

Elle est interprétée par les archéologues comme un édifice d'assemblée utilisé par les chefs Arvernes au Ier siècle avant J.C. Parmi les principales découvertes un grand bassin de 14 m, probablement à usage public, plusieurs puits et divers objets, dont une énigmatique figurine en bronze représentant une maison gauloise.

Les archéologues ont aussi exploré la grande place publique, face au sanctuaire. Elle marquait le centre de l'oppidum.

Visite virtuelle de la ville gauloise

Grâce au travail des archéologues qui ont mis au jour des vestiges sur plusieurs dizaines d'hectares, une reconstitution de la ville gauloise est possible. Nous vous proposons de vous retrouver immergés au cœur de cette ville, vous promenant à votre guise dans les différentes parties de la ville, le marché, la taverne, les maisons.

Vous découvrirez ainsi des scènes de la vie quotidienne avec un réalisme époustouflant. Point central de la visite, le sanctuaire s'ouvre à vous dans les moindres détails : zone de sacrifice, préparation de repas, atelier de monnaie, etc.

Cette œuvre autant ludique que pédagogique est le fruit d'un travail de reconstitution scientifique de très longue haleine : ses producteurs travaillent dessus depuis plus de 10 ans, en étroite collaboration avec les archéologues.

Un parcours de visite en accès libre

Parcours de visite

Pour comprendre et imaginer la ville gauloise de Corent à travers les découvertes archéologiques réalisées depuis 15 ans, un nouveau parcours illustré de vues 3D des bâtiments gaulois a été réalisé. Il est signalé par de gros poteaux de bois qui occupent l'emplacement des constructions d'origine. Les promeneurs peuvent cheminer autour de la place publique, passer vers l'hémicycle d'assemblée gaulois et découvrir les vestiges du théâtre gallo-romain. 

Le circuit s'achève par la visite du sanctuaire dont l'aménagement avait été réalisé en 2011. Il comporte deux niveaux rappelant ceux de l'archéologie :

  • le niveau le plus bas évoque le sanctuaire gaulois, en alliant le bois (galerie et poteaux monumentaux marquant l'entrée du temple...) à la terre et aux tessons d'amphores utilisées lors des cérémonies ;
  • le niveau supérieur, dont le traitement est végétal, suggère les traces en pierres du sanctuaire à l'époque romaine.

Un belvédère permet d'avoir une vue d'ensemble sur l'oppidum de Corent et permet au public de « lire » les traces du sanctuaire, grâce à une signalétique illustrée par des images de synthèse.

Le mur, qui marque le cadre de l'aménagement et le situe dans l'époque contemporaine, a été réalisé selon la technique traditionnelle de la pierre sèche ; il a nécessité 3 100 heures de travail !

Lors des travaux, les archéologues ont fait la découverte d'un dépôt de mobilier archéologique exceptionnel regroupant plusieurs armes en fer, un élément d'enseigne-sanglier en bronze (caractéristique de l'art celtique à la fin de l'Age du Fer) et une cotte de mailles en fer, vestiges d'un trophée militaire probablement exposé dans l'enceinte du sanctuaire. 

Accès du site

Site en accès libre (gratuit et sans réservation) : panneaux de signalétique comportant des QR codes (accès sur smartphones).

Contact

Valérie Safi - Chef de projet
Service Patrimoine Archéologique
Direction des Grands Sites Patrimoniaux - DGAD
Tél : 04 73 42 24 01
Ouvre une fenêtre pour envoyer un mailvalerie.safiping@puy-de-domepong.fr

Article mis à jour le 20 juin 2017