Un oppidum au cœur des sites arvernes

Le plateau de Gergovie est un lieu emblématique qui fait partie de notre mémoire collective, doublement classé au titre des monuments historiques et bientôt au titre des sites naturels.

Remarquable lieu de refuge, Gergovie fut, en outre, un oppidum important du peuple arverne (au même titre que les oppida de Corent et de Gondole) et c'est bien ici qu’eut lieu la victoire de Vercingétorix sur César, en 52 avant J.-C., lors de la guerre des Gaules.

Ce belvédère naturel, d'une altitude de 744 m, offre une vue imprenable sur tous les grands ensembles paysagers du département.

Sommaire

Histoire

Occupations humaines du site

Les vestiges les plus anciens trouvés à Gergovie remontent à la préhistoire et sont laissés par les premiers agriculteurs. Le plateau livre des témoignages d’occupations humaines surtout à l’âge du Bronze, et il est très largement investi au Ier siècle avant notre ère à l’époque gallo-romaine, pour être progressivement abandonné dans les années 20 après J.-C au profit d’Augustonemetum (qui deviendra Clermont-Ferrand).

La période gauloise

La Guerre des Gaules, entre 58 et 51 av. J.-C., est relatée dans l'ouvrage de propagande de Jules César « Les Commentaires de la Guerre des Gaules ». Il s'agit d'une guerre politique et économique. La Gaule est une terre riche et César, qui a besoin de gloire militaire pour asseoir son pouvoir au Sénat, mène une féroce guerre de conquête des territoires. Profitant de la division des Gaulois et s'appuyant sur le peuple des Éduens, César soumet l'Armorique, la Belgique et l'Aquitaine entre 58 et 54 av. J.-C.

Mais une révolte éclate au cœur du pays et à l’hiver 52 avant J.-C., chez les Arvernes, un jeune aristocrate, Vercingétorix, prend la tête de la rébellion. Il réussit à mobiliser d’autres peuples gaulois pour s’opposer à l’avancée romaine. Au printemps 52, il attire César et son armée au pied du plateau de Gergovie où les troupes de Vercingétorix ont pris position sur les hauteurs aux abords de l’oppidum. La cité est protégée par les pentes du plateau et deux remparts qui se succèdent. Les Gaulois ont donc un avantage considérable...

Au cœur de la bataille

César dispose de six légions (36 000 hommes). Les troupes gauloises, certainement supérieures en nombre, sont disposées autour de l'oppidum. Ayant établi son grand camp au Sud-Est du plateau, César s'empare, une nuit, d'un camp établi sur la colline de La Roche-Blanche, le « petit camp », qu'il relie au « grand camp » par un double fossé.
Redoutant une attaque par l'Ouest, les Gaulois massent leurs troupes sur ce versant de l'oppidum. César les conforte dans cette idée par une manœuvre de diversion : des muletiers, déguisés en soldats, sont envoyés dans cette direction. Pendant ce temps, il lance une attaque par le flanc Est avec trois légions et ses alliés Éduens. Ils parviennent au pied des remparts. Les Gaulois, alertés par des messagers, lancent leur cavalerie en direction de l'Est de l'oppidum. Ils bousculent les assaillants et provoquent la débandade des Romains. Mais déjà, les légions reprennent leur formation au pied de l'oppidum. Vercingétorix préfère ramener ses troupes sur les hauteurs. La bataille aura duré trois jours. Toutes les tentatives d’assaut de César sont vaines. Les Romains ayant perdu 700 hommes et 46 centurions ne peuvent relancer une attaque et abandonnent le terrain. C’est la première défaite de César en Gaule.

Après cette victoire, Vercingétorix est élu chef suprême des peuples gaulois. Mais son heure de gloire est de courte durée : à l’été 52 avant J.-C., les deux chefs s’affrontent à nouveau à Alésia. Cette fois, César l’emporte, mettant ainsi fin aux espoirs d’indépendance gauloise.

Fouilles

Tombé dans l’oubli, ce n’est qu’au XVIème siècle que le site de Gergovie est identifié par Gabriel Siméoni, érudit florentin chargé de cartographier l’Auvergne.

Mais les premières fouilles sérieuses du site relavant les traces de la fortification gauloise et la découverte des deux camps militaires romains de César remontent au règne de Napoléon III, qui préparait alors son Histoire de Jules César. C’est le début de la mise en valeur de Gergovie, comme symbole de l’histoire nationale, qui mènera, en 1900, à la l’édification du monument à la gloire de Vercingétorix, symbole actuel du plateau.

Des découvertes d’ampleur sont réalisées dans les années 1930 et 1940 : fosses, citernes, quartier artisanal, porte aménagée dans le rempart ouest, villa, ainsi qu’un sanctuaire.

Des fouilles et recherches plus récentes, notamment menées par Vincent Guichard et Yann Deberge, puis par Peter Jud et son équipe, ont permis de préciser l’extension et la datation de ces aménagements urbains monumentaux et ainsi de mieux renseigner les étapes du développement de la ville arverne au cours du 1er siècle avant notre ère.

Depuis 2015, en préalable aux actions de valorisation, le Département du Puy-de-Dôme a développé un important dispositif de partenariat avec l’Université Clermont Auvergne et la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) et ponctuellement avec l’Inrap, pour mettre en place des programmes de recherches archéologiques (prospections géophysiques sur les camps de César, fouilles programmées, publication sur les remparts de Gergovie et sur les fosses à chevaux de Gondole, projet de publication sur le sanctuaire, étude de fonds d’archives sur la villa Aucler…etc).

Découverte exceptionnelle d’un vaste dallage de plus de 3 000 m² daté du 1er siècle avant notre ère. Aujourd’hui recouvert pour des raisons de protection.

Actuellement (été 2021), les fouilles se concentrent sur le secteur de la porte sud, où plusieurs états de la fortification ont été relevés.

Pour en savoir plus sur les fouilles réalisées à Gergovie :
https://www.gergovie.net/fouilles-recentes-testOuvre un lien externe dans une nouvelle fenêtre

Gergovie passé au crible du LiDAR

Un levé LiDAR a été effectué en 2016 par le CRAIG* sur une surface de 42 km² pour détecter de nouveaux secteurs ayant un fort potentiel archéologique, tels que le plateau de Gergovie, les Camps de César, la plaine de Sarliève et l’oppidum de Gondole.

Qu'est-ce que le LIDAR ?

La Light Detection and Ranging ou détection et mesure par la lumière, est utilisée pour cartographier très finement une zone. Mais, surtout, cette technologie laser permet de voir ce qui se cache sous la surface du couvert végétal (forêts, friches…).

Perspectives

Ce levé LiDAR participera à l’amélioration des connaissances historiques des sites arvernes, sur les périodes gauloise et gallo-romaine et le contexte de la bataille de Gergovie, ce qui permettra également de mieux les valoriser.

Le plateau de Gergovie devrait réserver encore de belles surprises archéologiques au cours des prochaines années.

Valorisation

À Gergovie, le Département coordonne, à la demande de l’État (propriétaire du plateau) un projet de valorisation de Gergovie et des sites arvernes : Corent, Gondole et les camps de César.

L’enjeu principal du parcours d’interprétation développé sur le plateau de Gergovie consiste à rendre « lisible » un patrimoine dont les vestiges ne sont que très peu visibles, autour de six « temps » présentant Gergovie dans son environnement à plusieurs périodes de l’histoire : le temps géologique, le temps des oppida, le temps de la bataille, le temps d’Auguste, le temps de la Gaule romaine, le temps du lac médiéval, le temps du symbole.

Depuis l’été 2021, les premiers aménagements de valorisation sont installés sur le plateau : différents circuits thématiques sont proposés au public avec des supports de médiation culturelle, dont trois belvédères constituent les points phares de la visite :

  • le belvédère de la bataille présente une illustration du récit de César
  • le belvédère d’Augustonemetum restitue les connaissances archéologiques sur ce point de vue en direction de la capitale de cité et son environnement à l’époque romaine
  • le belvédère sommital des paysages permet une vision à 360° sur les cinq grands ensembles de reliefs visibles depuis le plateau.
    Il offre un point de vue d’exception sur la Chaîne des Puys - faille de Limagne inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO et présente 92 autres sites géologiques inscrits dans le monde, rappelant que Gergovie est un site naturel et culturel emblématique de notre patrimoine commun.

En plus de ces belvédères, des cartels et tables jalonnent le plateau, complétés par une application mobile « Puy-de-Dôme Terre d’archéologie » qui offre une visite virtuelle favorisant l’immersion du visiteur.
Cette application propose également une visite audio-guidée illustrée d’images de restitution, un jeu pour toute la famille avec géocaching et énigmes à résoudre, une audio-description, mais aussi une déclinaison en cinq langues (français, anglais, espagnol, allemand, néerlandais).

Application gratuite, téléchargeable sur Google Play et Apple Store via le lien suivant :
Puy-de-Dôme Terre d’archéologieOuvre un lien interne dans la fenêtre en cours

Dès l’automne 2021, une seconde phase d’aménagements débutera pour améliorer l'accueil touristique sur le plateau avec la création de trois parkings pour éviter le stationnement sauvage ; le réaménagement de certains chemins existants et la création de nouveaux tronçons afin d’assurer une bonne cohérence et connexion avec le parcours d'interprétation ; l'installation d'une signalétique directionnelle ; la restructuration d'une portion de la route pour inciter les automobilistes à réduire la vitesse de circulation et enfin la création d'un équipement de toilettes sèches.

Parallèlement, une solution complémentaire de parking en pied de site est recherchée. Une étude sur les nouveaux modes d’accès est aussi en cours, avec l’Université Clermont-Auvergne (test de navette autonome…).

L’opération de « mise en valeur du Plateau de Gergovie » est cofinancée par l’Union européenne dans le cadre du Fonds Européen Agricole pour le Développement Rural (FEADER) : l’Europe investit dans les zones rurales, avec pour objectifs de valoriser un site archéologique majeur et développer l’attractivité de la région.

Cette opération a été cofinancée par le Fonds National d’Aménagement du Territoire.

Visites

Musée Archéologique de la Bataille de Gergovie

Magnifiquement intégré sur le plateau de Gergovie, avec son architecture épurée et contemporaine, le Musée Archéologique de la Bataille de Gergovie propose une immersion dans la guerre des Gaules.
Grâce à ces dispositifs interactifs et ludiques, le musée entraîne petits et grands dans une expérience originale entre culture et nature !

Informations sur les visites guidées du plateau de Gergovie :
musee-gergovie.fr/agenda/visites-guidees-2021-a-gergovie-et-corentOuvre un lien externe dans une nouvelle fenêtre

Musée Archéologique de la Bataille de Gergovie

Plateau de Gergovie
63670 La Roche-Blanche

Renseignements :
Tél : 04 73 60 16 93
Mail : contactping@musee-gergoviepong.fr

Contact

Valérie Safi
Cheffe du Service des Sites archéologiques
Direction des Grands Sites Patrimoniaux
Tél : 04 73 42 24 01
Mail : valerie.safiping@puy-de-domepong.fr

Service communication

Article mis à jour le 28 février 2022