Face à l’urgence climatique et pour plus de justice sociale, le Puy-de-Dôme a renforcé son engagement en faveur de la transition écologique.

Sommaire

La transition écologique c’est l’humain, le social, l’énergie, les mobilités, l’environnement, la santé, le patrimoine, une nouvelle vision des interactions entre emploi et écologie

En 1987, le rapport de l’ONU « Notre avenir à tous » présenté par la Norvégienne Gro Harlem Brundtland évoque, pour la première fois, le « développement durable ». Cette expression reprise au Sommet de la Terre à Rio en 1992 qualifie « un mode de développement qui répond aux besoins des générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs » autour de trois piliers à équilibrer : le social, l’environnement et l’économie.

En 2015, les 193 États membres de l’ONU adoptent le Programme Agenda 2030 avec 17 objectifs pour un développement durable. En parallèle un constat : depuis 33 ans les déséquilibres ont continué de croître.
Dans les années 2000, conscients de l’échec des politiques menées, des scientifiques et des prospectivistes tels que Rob Hopkins ou Jérémy Rifkin élaborent de nouveaux schémas pour penser la transition écologique et la décarbonation des activités humaines.

La transition écologique est le mécanisme par lequel l’humanité va réussir à se transformer par le renouvellement de ses façons de consommer, de produire, de travailler, d’urbaniser, de se déplacer et de remettre au cœur de la matrice sociétale, la préservation du vivant et des ressources.

À l’inverse du développement durable, la transition écologique soutient le concept de « durabilité forte » et la logique est de construire avec les citoyens, les associations, les entreprises (etc.). Elle se compose de plusieurs volets interdépendants, comme la transition agroalimentaire, favorable à une agriculture plus biologique et paysanne, la préservation de la biodiversité et la transition énergétique, période qui doit conduire à l’adoption d’un mix énergétique composé de sources diversifiées et renouvelables.

En résumé, s’il a été difficile de changer à l’échelle mondiale, chacun, à un plus petit niveau peut prendre sa quotepart et agir.

Un Département pilote

La transition écologique révèle le travail réalisé par le Puy-de-Dôme en matière de développement durable : le Panoramique des Dômes, train à crémaillère du site du puy de Dôme, Cocon 63 (opération d’isolation des combles des collectivités), Agrilocal 63 (plateforme Internet d’achats alimentaires en circuit courts), les achats groupés d’énergie, l'appel à projets collégien Défi collège (financé grâce à des fonds TEPCV territoires à énergie positive), l’Agenda 21 du Conseil départemental, la politique en faveur des espaces naturels sensibles (ENS), la voie verte de l’Allier (etc.).

Loin de se limiter aux questions environnementales, la transition écologique promeut un système transversal, une évolution vers un modèle de société inclusive pour lequel de nouvelles réponses doivent être activées à court, moyen et long terme.

  • Fin 2019 
    Les conseillers départementaux ont voté l’acte 1 de la transition écologique en engageant notamment le premier budget participatif du Puy-de-Dôme : le Budget écologique citoyen. Un budget de 2 millions réservé à 100 % pour les Puydômois pour des actions en lien avec la transition écologique. 63 projets citoyens ont été retenus pour rendre le Puy-de-Dôme plus écologique, 19 000 Puydômois ont participé au vote pour 43 000 votes.

  • 2020
    200 agents du Département ont travaillé une feuille de route des objectifs et des rêves qui pourraient nourrir un Puy-de-Dôme en transition : le Master Plan. Ce travail a été réalisé avec l’appui de Jean-François Caron, maire de Loos-en-Gohelle ville pionnière de la transition écologique dans le Pas-de-Calais et expert en intelligence collective.

  • 11 janvier 2021
    Les conseillers départementaux ont adopté le Master Plan pour la transition écologique du Puy-de-Dôme.

Le Puy-de-Dôme veut être un département pilote et engage une nouvelle démarche : Notre Puy-de-Dôme écologique.

Les Puydômois vivent depuis toujours dans un écosystème fertile et unique au niveau mondial et à travers l’histoire, certaines des découvertes ou innovations réalisées par des habitants du département ont participé directement à des révolutions technologiques historiques.

Des projets phares, tels que l’inscription de la Chaîne des Puys – faille de Limagne au patrimoine mondial de l’Unesco en 2018, témoignent de cet attachement et de cette vision collective du territoire.

Des actions à court, moyen et long terme

Ce travail collectif est dans notre ADN, il va se poursuivre autour de Charade (premier e-circuit de France, centre des mobilités de demain) et de nouveaux services publics : le Centre départemental de santé, le Service public de la performance énergétique de l’habitat, la Société d’investissement pour les énergies renouvelables, le Syndicat départemental de l’eau, l’adhésion à la Convention Ramsar pour la préservation des zones humides, la Ferme départementale, (etc.).

Les objectifs sont désormais de produire, transformer et consommer local, de devenir un Département à énergie positive, de protéger et partager l’eau, de valoriser notre patrimoine naturel et culturel, de favoriser la solidarité et les services essentiels et de développer de nouvelles mobilités, d’innover, de tester.

Les Puydômois doivent pouvoir agir à leur niveau, co-construire avec les élu.e .s des politiques qui alimentent la création d’emplois par la transition écologique.

Contact

Aude VAN HAERINGEN 
Mission Transition écologique
aude.vanhaeringenping@puy-de-domepong.fr
Tél . : 04 73 42 02 23

Service communication

Article mis à jour le 07 juin 2021